Le Fossé de l’aumône

L’avant-scène théâtre

2006

C’est le premier texte qu’Olivier Brunhes écrit pour le théâtre. Il marque la naissance d’une langue, d’une poétique, d’un rythme propres à l’auteur. L’histoire qui se développe autour d’une piscine désaffectée dans une friche industrielle, met en scène huit personnages déglingués et faisant sonner une langue singulière.

Le Fossé de l'aumône est une friche industrielle abandonnée, au centre de laquelle trône une piscine désaffectée. Autour d'elle, gravite toute une microsociété de désaxés idéalistes, paumés et poètes, violents et rêveurs. Des personnages abîmés qui trébuchent et donnent des coups. Fiback est prêt à tout pour un billet ; Dodo manie aussi bien les mots que la lame de son couteau ; Emmy vit dans sa caravane tandis que Colette, sa mère, vieille prostituée alcoolique, se démène sans vergogne pour soutirer de l'argent à Monsieur Armand, rembourser ses dettes et garder la piscine...


Ce texte, qui a obtenu le soutien à l’édition de l’association Beaumarchais a fait l’objet d’une lecture publique lors de sa parution le 30 janvier 2006, mise en voix par l’auteur à Lilas en scène. 

En juin 2006, le texte a été sélectionné dans le cadre du festival des écritures théâtrales de Paris (la foire Saint Germain) pour faire l’objet d’une autre lecture.

Une autre mise en voix a eu lieu au Théâtre du Rond-Point dans le cadre des Mardis des auteurs le 27 mars 2007.

"Regarde bien mec! Tu sens le vertige? Le vent sur ton visage? Une petite boule de peur et d'excitation qui te chauffe l'estomac? Le plaisir de se balancer avec le risque de se casser la gueule?...Eh bien, c'est ça la gloire, mon ami. Un vertige. Comme un saut à l'élastique."

Presse

30 janvier 2006, par Armelle Héliot

- « Armelle Héliot à propos du Fossé de l'aumône »

Nombreux sont les spectacles, nombreux les moments heureux. La qualité, l’émotion, sont parfois au rendez-vous, telle cette lecture donnée pour un soir aux Lilas par une pléiade d’interprètes engagés : Le Fossé de l’aumône d’Olivier Brunhes.

30 janvier 2006, par François Prodromidès

- « François Prodromidès à propos du Fossé de l'aumône »

Le Fossé témoigne d’un sens organique de la tradition dramatique, mais il est surtout traversé par une nécessité immédiate et sans complexe : celle du conteur, celle de la parole adressée.

30 janvier 2006, par Olivier Celik (directeur de collection, L'avant-scène)

L'Avant Scène - « Olivier Celik à propos du Fossé de l'aumône »

Le Fossé de l’aumône est un véritable tableau. Il en a la force, la couleur et la précision de trait.

Prochains événements

Aucun événement n'est prévu pour le moment...